Aujourd’hui les entreprises adoptent volontiers une politique environnementale d’entreprise. Une démarche volontaire qui permet de réduire l’impact des entreprises sur l’environnement. En fonction des entreprises (taille, secteur d’activité), cette politique RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) peut prendre différentes formes (gestion des déchets, adoption de packagings plus respectueux de l’environnement…). Petit tour d’horizon des objectifs et des bonnes pratiques en matière de politique environnementale d’entreprise.

Politique environnementale d’entreprise : qu’est-ce que c’est ?

Une politique environnementale d’entreprise est une déclaration écrite, habituellement signée par la direction de la société, qui expose les objectifs et les principes d’une entreprise. Elle se rapporte à la gestion des effets et des aspects environnementaux de ses opérations. 

La politique environnementale d’une entreprise formalise ses objectifs et les mesures prises témoignant ainsi de sa responsabilité et de son ambition en matière de RSE.

Pourquoi mettre en place une politique environnementale de l’entreprise ?

Selon une enquête de l’Insee, “En 2016, en France, un quart des entreprises reconnaissaient spontanément que leur activité avait un impact fort ou très fort sur l’environnement” : production de déchets, affaiblissement de la biodiversité, réchauffement climatique, pollution de l’air, de l’eau et des sols, nuisances sonores, etc. 

De nombreux secteurs d’activité sont concernés dont ceux :

  • De l’énergie et de l’environnement,
  • Des transports,
  • Du BTP,
  • De l’agroalimentaire
  • Ou encore de l’information et de la communication.

Quelle que soit leur activité, les entreprises ont des répercussions directes sur l’environnement et leurs dommages collatéraux sont sans précédent pour les générations futures. Ce qui a conduit à une prise de conscience progressive et collective poussant les entreprises à agir en faveur de l’environnement.

Gage de transparence auprès des clients, collaborateurs, fournisseurs, investisseurs, voire la société dans son ensemble, la politique environnementale des entreprises est une vitrine pour cette dernière. Elle lui permet de rayonner par la promotion de ses actions RSE.  Elle est un engagement en faveur de son amélioration continue. 

Par la mise en œuvre d’une politique environnementale d’entreprise, l’entreprise se démarque ainsi par sa performance voire assure sa pérennité. 

Comment les entreprises s’engagent-elles dans ce mouvement ? 

Bien que la mise en place d’une politique environnementale d’entreprise soit volontaire, de plus en plus d’entreprises choisissent de l’appliquer. Nombreuses sont celles qui décident d’adopter une politique proactive, plus ambitieuse que les normes internationales recommandées.

On note que le renforcement du cadre de reporting et d’indicateurs de performance extra-financière des entreprises, à l’échelle internationale, les a aussi poussées à prendre en compte les objectifs du développement durable, adoptés en 2015 par les Nations Unies.

Et depuis l’adoption de la loi Pacte en 2019, toutes les entreprises françaises, sans exception, doivent « prendre en considération » les enjeux environnementaux et sociaux dans la gestion de leurs activités. Ce qui consacre un socle minimal légal d’intégration et d’engagement par les entreprises sur ces dimensions RSE.

Selon le secteur d’activité de l’entreprise, différentes mesures sont mises en place. Exemple de politique environnementale d’une entreprise agroalimentaire : la réduction de son empreinte environnementale avec un levier d’amélioration sur les emballages de ses produits. Cela peut inclure la réduction du poids de l’emballage, sa circularité, soit s’il est recyclable ou réutilisable. Ou bien encore l’utilisation de ressources renouvelées : recyclé, biosourcé, papier FSC.

Autre exemple de politique environnementale d’entreprise : l’application du recyclage des déchets et la mise en place :

  • de points de collectes in situ proposant un tri participatif réalisé par les collaborateurs ;
  • d’une politique de bureau “sans papier” visant à réduire le volume de papier utilisé et à limiter le gaspillage.
  • d’un guide de bonnes pratiques destiné aux collaborateurs pour les sensibiliser et les faire adopter les bons gestes au quotidien.

La liste d’exemples est non-exhaustive. Car il appartient à l’entreprise de mettre en place sa propre politique environnementale d’entreprise selon son impact et son désir d’agir pour améliorer sa démarche de développement durable.